Socialism101.com - Français

DROITS FONDAMENTAUX ET INALIÉNABLES

Liberté d’expression

Le droit d'exprimer son opinion sans avoir peur de répercutions violentes (comme la prison ou la peine de mort) doit être un droit fondamental et inaliénable pour toute la population. Cependant, ce droit ne devrait pas être utilisé comme une excuse pour menacer, attaquer, harceler ou mettre en péril les droits et libertés d'autres personnes. L'expression de la Haine n'est pas de la liberté d'expression.

Le droit d’exercer sa religion

Il est vrai que le marxisme est une philosophie matérialiste, et donc considère la religion comme fausse car non-scientifique. Cependant, il n'y a aucun doute que le droit de pratiquer une religion est fondamental et inaliénable. Les lieux de cultes, qu'ils soient des églises, des temples, des synagogues, des mosquées ou autres, devraient être disponibles à la population qui la réclame.

Le droit de voter et d’être élu

Le socialisme est un système fondamentalement démocratique. L'origine étymologique est grecque: «demos» (peuple) et «katia» (pouvoir): Littéralement, il s'agit du pouvoir par le peuple. Le capitalisme, même si c'est une avancée progressive par rapport au féodalisme, n'est pas réellement démocratique. L'économie, qui détermine toute l'organisation de la société, de la qualité et la disponibilité de soins de santé et d'éducation gratuite à si la population dort avec un toit au dessus de sa tête ou dans la rue, n'est pas contrôlée par le peuple. Le capitalisme place les riches à la tête de la gestion de l'économie et donc la gestion de nos vies. Le socialisme, quant à lui, place le peuple à la gestion de l'économie en la changeant afin qu'elle soit contrôlée démocratiquement.

L'économie est trop importante pour la placer dans les mains d'une petite fraction de la population. Sous le capitalisme (notamment en Amérique), la démocratie veut dire choisir entre deux partis avec qui la population n'est pas réellement d'accord, et voter tous les quatre ans en espérant que son vote ne soit pas un des votes des millions de personnes qui sont ignorés, juste pour se rendre compte plus tard que le politicien que vous avez soutenu était financé par des corporations comme Philip Morris qui donnent des millions de dollars pour les campagnes des candidats. Ce n'est pas de la Démocratie. C'est pourquoi le droit de voter et d’être élu, dans un système libre, équitable, honnête et réellement démocratique (sans politiciens de carrière, népotisme ou corruption) est un droit fondamental et inaliénable.

LE DROIT à l'éducation

L'éducation est le système qui est supposé aider à transformer quelqu'un en un adulte responsable et un membre de la société. L'éducation devrait être de la plus haute qualité possible, elle devrait également être disponible à tous ceux qui en ont besoin, évoluer et s'adapter aux dernières découvertes dans le domaine des sciences sociales. Dans le long terme, l'éducation améliore notre société dans chaque moyen imaginable. C'est pourquoi l'éducation est un droit fondamental et inaliénable.

LE DROIT A LA SANTÉ ET AUX SOINS

Il n'y a pas de droit plus fondamental que le droit à la vie. Tous les individus, sans distinctions d'ethnie, de nationalité, de religion, d'éducation, de résidence, d'origine sociale, d'activités passées ou de moyens financiers, ont le droit d'être soignés par le personnel médical et de recevoir les médicaments appropriés lorsqu'ils sont malades ou blessés. Toutes les procédures médicales qui sont nécessaires à ce qu'une personne vive une vie confortable sans douleurs physiques ou mentales doivent être disponibles gratuitement à tous ceux qui en ont besoins. Les soins médicaux, qu'ils soient physiques ou mentaux sont des droits fondamentaux et inaliénable.

LE DROIT A LA NOURRITURE ET A L’EAU

Au niveau global, le monde produit assez de nourriture pour nourrir toute l'humanité. Il produit même plus que ce qu'il faudrait pour nourrir tout le monde. Cependant, le nombre de personnes en sous nutrition dans le monde augmente dangereusement depuis 2014, atteignant 815 millions en 2016 (ONU, Organisation de la Nourriture et de l'Agriculture, 2017). Les pays riches ont trop de nourriture, ils ont des problèmes avec l'obésité et ils gaspillent et jettent des quantités incroyables de nourriture chaque jour. Les corporations privées ont déterminé que la nourriture qui ne peut pas légalement être vendue (les tomates qui ne sont pas assez rouges ou brillantes, les bananes qui ne sont pas de la bonne forme, etc.) devait être jetée et ils aspergent ces denrées d'eau de javel afin que les personnes sans domicile fixe ne puissent pas les manger. Refuser de la nourriture aux personnes qui en ont un besoin vital alors que vous en avez beaucoup trop et que vous les jetez est un acte barbare et inhumain. C'est pourquoi le droit à assez de nourriture et d'eau pour vivre une vie convenable est un droit vital, fondamental et inaliénable.

LE DROIT A L’EMPLOI ET AU PAIEMENT

Dans un régime socialiste, vous n'auriez plus à travailler assis derrière un bureau pendant 8 heures par jour uniquement pour générer du capital a votre patron. Les emplois devraient idéalement être des occupations qui contribuent au bien être collectif de la société. Chaque personne a la capacité de contribuer à la société et la société aura la capacité de fournir un salaire convenable à tous les travailleurs. Dans le système capitaliste, le chômage est bénéfique aux riches. Dans le système socialiste, le chômage n'est bénéfique a personne. C'est pourquoi tout le monde aura un travail et que le droit à un emploi et à un salaire en accord avec la quantité et la qualité de ce travail est un droit fondamental et inaliénable.

LE DROIT AU REPOS

La surcharge de travail (qui mène au Syndrome d’épuisement professionnel (Burn Out)) entraîne une hausse de l’aliénation et des arrêts maladie, une baisse de la productivité et de la satisfaction au travail, ainsi qu'une forte hausse des cas de dépression critique et de suicide. Le droit au repos est donc fondamental et inaliénable, et devrait donc etre assuré par la réduction de la journée de travail de 8 à 6 heures (déjà en place en France) pour l'écrasante majorité des travailleurs, des congés payés et la disponibilité d'une grande diversité de loisirs comme par exemple des bibliothèques, clubs, restaurants, et plus encore.

LE DROIT AU LOGEMENT ET A LA SÉCURITÉ SOCIALE

La sécurité sociale assure une qualité de vie confortable pour ceux qui sont temporairement ou indéfiniment incapables de travailler à cause d'une maladie, d'un handicap ou de l'âge, que des parents puissent prendre des congés afin de s'occuper de leurs enfants, qu'aucune famille ne puisse pas s'occuper de leurs enfants pour des raisons financières et que toute la population ait les moyens d'acheter les ressources nécessaires à leur vie comme le logement, la nourriture, les vêtements, le téléphone et internet. La sécurité sociale est une nécessite pour qu'une société soit équitable et est donc un droit fondamental et inaliénable.

NOUS NE SOMMES PAS DES SOCIAUX-DÉMOCRATES

Beaucoup de nations Européennes pratiquent une idéologie connue sous le nom de social-démocratie. La social-démocratie est en faveur d'interventions économiques et sociales pour promouvoir la justice sociale dans le contexte d'une société capitaliste sans changer vers une société socialiste et est donc une idéologie capitaliste et pas une idéologie socialiste, qui par définition, s'oppose au capitalisme. Même si les nations qui adoptent la social-démocratie se portent bien dans certains aspects, ils ne sont capables d'offrir la sécurité sociale à leurs citoyens que parce qu’ils profitent des faibles salaires et droits du travail dans le tiers monde. Nous, socialistes nous opposons à la délocalisation du travail dans le tiers monde. Nous pensons que la propriété commune des moyens de production des entreprises et que la productivité de ces moyens de production sera utilisée pour bénéficier à toute la société et pas juste les patrons. Les taxes et la redistribution n'attaquent que les symptômes des inégalités, pas la cause. Nous devons frapper à la racine !

Nous ne sommes pas des sociaux-démocrates. Nous ne sommes pas Jean-Christophe Cambadélis ou Olivier Faure.

NOUS SOMMES DES SOCIALISTES!

On dit beaucoup de chose à propos de nous, la grande majorité de ces choses est fausse. Ce site web est organisé par des socialistes et nous l'utilisons pour donner notre point de vue. L'objectif principal de ce site web n'est pas de convertir les gens au socialisme mais de les éduquer sur ce que les socialistes pensent et de combattre les mensonges qui sont proférés sur nous. Si vous êtes intéressés et voulez en savoir plus, des liens sont disponibles plus bas.

DICTIONNAIRE

CAPITAL

Fortune en la forme d'argent ou d'autres atouts possédés par une personne ou une organisation ou disponible pour investir ou créer une entreprise.

MOYENS DE PRODUCTION

Les moyens de produire des produits et de générer du capital (ex: machines, usines, et les autres formes de lieux de travail).

Capitaliste

Personne qui possède des moyens de production.

BOURGEOISIE ET PROLÉTARIAT

La bourgeoisie est la classe sociale capitaliste qui possède la plupart de la fortune de la société et le moyens de production. Synonymes: "les capitalistes", "la classe supérieure", "les 1%", "l'aristocratie", "ces salopards de riches", etc.

Le prolétariat est la classe sociale travailleuse qui ne possédé rien excepté sa force de travail, qu'ils doivent vendre aux capitalistes afin de survivre. Synonymes:"Les prolos", "Les 99%", "la masse", etc.

«L'histoire de toute société jusqu’à nos jours n’a été que l’histoire des luttes de classes. Hommes libres et esclaves, patriciens et plébéiens, barons et serfs, maîtres de jurande et compagnons, en un mot, oppresseurs et opprimés, en opposition constante, ont mené une guerre ininterrompue, tantôt ouverte, tantôt dissimulée ; une guerre qui finissait toujours ou par une transformation révolutionnaire de la société tout entière, ou par la destruction des deux classes en lutte. Dans les premières époques historiques, nous constatons presque partout une division hiérarchique de la société, une échelle graduée de positions sociales. Dans la Rome antique, nous trouvons des patriciens, des chevaliers, des plébéiens et des esclaves ; au moyen âge, des seigneurs, des vassaux, des maîtres, des compagnons, des serfs ; et, dans chacune de ces classes, des gradations spéciales. La société bourgeoise moderne, élevée sur les ruines de la société féodale, n’a pas aboli les antagonismes de classes. Elle n’a fait que substituer aux anciennes de nouvelles classes, de nouvelles conditions d’oppression, de nouvelles formes de lutte. Cependant, le caractère distinctif de notre époque, de l’ère de la bourgeoisie, est d’avoir simplifié les antagonismes de classes. La société se divise de plus en plus en deux vastes camps opposés, en deux classes ennemies : la Bourgeoisie et le Prolétariat.»

— Karl Marx, Le Manifeste du Parti Communiste (1848)

Moyens de Production

Les moyens de production sont des objets mécaniques (installations comme des usines, des machines, certains outils, les capitaux d'infrastructure et du capital naturel) qui permette de créer des produits et de générer du capital.

Modes de Production

A ne pas confondre avec les moyens de production, un mode de production est un système qui détermine ce que sont les moyens de production, comment ils sont utilisés et qui les possède.

Exemples de modes de production: Économie basée sur l'esclavage, féodalisme, production simple de marchandises, capitalisme, et socialisme/communisme.

Propriété privée

La propriété privée est la forme légale de la propriété par des entités non gouvernementales. La propriété privée se distingue de la propriété publique, qui est possédée par une entité étatique; et la propriété collective, qui est possédée par un groupe de personnes, comme par exemple des travailleurs dans une société socialiste. La propriété privée se distingue également de la propriété personnelle, qui réfère à la propriété d'objets pour l’utilisation et la consommation, comme votre maison,votre voiture, votre télévision, vos jeux vidéos, votre nourriture, etc...

Quand on parle d'abolition de la propriété privée, beaucoup de gens pensent à la propriété personnelle, mais ce n'est pas le cas:

Pour finir, la propriété privée veut donc dire «la propriété privée des moyens de production» ou "la propriété privée production" (ex: posséder une usine).

Dictature du PROLÉTARIAT

Le terme dictature peut être effrayant pour ceux qui n'ont pas lu de théorie marxiste. Cependant, la dictature du prolétariat n'est pas réellement une dictature. Les marxistes pensent qu'à peu près toutes les sociétés sont des dictatures dans le sens qu'il y a toujours une classe qui domine les autres.

Même si on a l'impression que notre société actuelle est une démocratie, d'un point de vue marxiste, c'est actuellement une dictature de la bourgeoisie ou des classes supérieures. Les marxistes pensent cela parce que le capital, les terrains, les entreprises, les moyens de production, et le pouvoir politique sont tous contrôles par la bourgeoisie. Le prolétariat est donc soumis à la dictature de la classe supérieure.

La dictature du prolétariat serait donc essentiellement une dictature de la classe ouvrière. Les travailleurs contrôleraient donc les terrains, les entreprises, les moyens de production, et le pouvoir politique.

QUESTIONS & RÉPONSES

Y-a-t'-il des personnalités connues et influentes qui ont été en faveur du communisme?

Oui! Albert Einstein, George Orwell, Helen Keller, Leila Kahled, Malala Yousafzai, Martin Luther King, Jr., Nelson Mandela, Oscar Wilde, Frida Kahlo, et Pablo Picasso, sans tous les citer.

«Je suis convaincu qu’il n’y a qu’un seul moyen d’éliminer ces maux graves, à savoir, l’établissement d’une économie socialiste, accompagnée d’un système d’éducation orienté vers des buts sociaux. Dans une telle économie, les moyens de production appartiendraient à la société elle-même et seraient utilisés d’une façon planifiée. Une économie planifiée, qui adapte la production aux besoins de la société, distribuerait le travail à faire entre tous ceux qui sont capables de travailler et garantirait les moyens d’existence à chaque homme, à chaque femme, à chaque enfant. L’éducation de l’individu devrait favoriser le développement de ses facultés innées et lui inculquer le sens de la responsabilité envers ses semblables, au lieu de la glorification du pouvoir et du succès, comme cela se fait dans la société actuelle.»

- Albert Einstein, «Pourquoi le socialisme?» , Mai 1949

Pourquoi devrais je devenir socialiste?

Le socialisme et les socialistes pensent que l'humanité doit agir d'une manière unie et organisée pour faire face aux problèmes de notre génération et plus encore. Le socialisme est pour ceux qui en ont marre du fait que l'avarice et la fortune dirigent notre monde et qu'un petit groupe de milliardaires ont plus de pouvoir pour influencer le monde que tous les autres combinés. Les travailleurs ne sont pas payés à la valeur de leur travail. Un travailleur produit beaucoup plus que le salaire qui lui est reversé. Il est donc exploité par son patron pour du bénéfice. Afin d'être payé, le travailleur vit sous la dictature de son employeur. Il n'a pas de liberté d'expression et il n'y a pas de démocratie dans son lieu de travail. Le PDG et les actionnaires décident tout et les travailleurs n'ont généralement pas le droit de prendre des décisions.

Dans un système socialiste, tous les travailleurs seraient autorisés à se plaindre et à décider démocratiquement la façon dont leur lieu de travail est géré et organisé. Les travailleurs sont ceux qui produisent la valeur ajoutée et ce sont donc eux qui devraient recevoir les bénéfices. Les PDG et autre actionnaires ne contribuent pas à la production de l'entreprise et pourtant, ils sont payés des centaines de fois plus que les employés. Pour qu'un travailleur gagne autant que son PDG en un an, cela lui prendrait plus de 45 ans (Source)

De plus, les riches paient moins d’impôts, les PDG reçoivent des bonus monétaires, l'évasion fiscale, les comptes bancaires dans des paradis fiscaux et le fait que 8 personnes possèdent au moins autant que 50% de ce que possèdent le reste de la population (Sources:1,2,3), et on se rend vite compte que notre système économique actuel est structuré d'une manière très injuste. Ce n'est pas un accident, ce système a été créé pour être injuste.

QU'EST CE QUE LE CAPITALISME ?

Afin de comprendre pourquoi le socialisme est nécessaire, nous devons comprendre exactement ce qu'est le capitalisme. Le capitalisme est l'actuel système dominant. Le capitalisme permet la propriété privée des moyens de production et permet à quiconque (qui possède assez de capital) de créer une entreprise et produire tout ce qu'ils veulent sans réellement travailler et sans devoir ou obligation envers le reste de la société.

QUELS SONT LES PROBLÈMES QU'ONT LES SOCIALISTES AVEC LE CAPITALISME?

Les socialistes ne croient pas que le capitalisme soit fondamentalement pervers ou qu'il n'aurait jamais dû être inventé. Au contraire, si vous preniez un socialiste et le renvoyiez à l'ère du féodalisme avant la révolution industrielle, il soutiendrait sans doute l'établissement du mode de production capitaliste. Le capitalisme a incontestablement augmenté la production mondiale de nombreuses fois, et amélioré le niveau de vie de millions de personnes qui travaillaient dans les champs pour des propriétaires terriens féodaux. Mais, tout comme les progrès technologiques progressent sans cesse, la société doit continuer à progresser, et nous, socialistes, croyons que le capitalisme est un système obsolète. Nous ne croyons pas que le capitalisme est le dernier mode de production, et nous pensons que le capitalisme doit être remplacé par un système supérieur. Le capitalisme est politiquement, économiquement et écologiquement non durable.

Mais, nous pouvons donc nous poser la question: Spécifiquement, quels sont ces problème ?

En gros, le capitalisme permet à quiconque (disposant d'assez de capital) de créer une entreprise et de produire tout ce qu'il veut, comme il le souhaite, sans égard pour la démocratie sur le lieu de travail, à une participation égale au travail (le propriétaire n'a pas à travailler, mais juste à posséder le lieu de travail et les machines), ou comment se porte le reste de la société. Un capitaliste n'a pas à se soucier de savoir si ce que ses affaires produisent est nécessaire ou non à la société. Tout ce dont un capitaliste doit se préoccuper, c'est de générer un bénéfice. C'est pourquoi les socialistes considèrent le capitalisme comme, entre autres, un système écologiquement insoutenable; parce que la Terre a des ressources limitées et que chaque pays dispose d’un espace limité pour un nombre limité d’usines. Sous le capitalisme, ces usines sont utilisées pour tout ce qui peut générer un profit, et non pour répondre aux besoins inhérents à la société. Cela conduit les pauvres à se payer un téléphone portable dernier cri, mais pas toujours à mettre de la nourriture sur la table. La société capitaliste produit trop de ce dont nous n'avons pas besoin et trop peu de ce dont nous avons besoin, car le système capitaliste est basé sur le profit des capitalistes et non sur les besoins humains.

Mais les capitalistes ne décident pas qu'il est temps d'arrêter de gagner de l'argent une fois qu'ils ont atteint une certaine valeur nette. Au contraire, les capitalistes ne sont jamais heureux et cherchent continuellement à gagner le plus d'argent possible. Le problème, c’est que l’argent n’est qu’une construction sociale sans valeur réelle. L'argent en soi ne vaut rien, mais il représente plutôt une valeur virtuelle qui existe quelque part. Mais cette valeur n'est pas infinie. Les capitalistes ne peuvent pas continuer à gagner de l'argent pour toujours, car ils finiront par prendre toute la valeur du monde et devront commencer à prendre de l'argent aux pauvres. Et pourtant, c'est ce qui s'est passé: les riches sont devenus plus riches et les pauvres sont devenus plus pauvres, comme Marx l'avait prédit. La capitale mondiale, la valeur mondiale, s'est accumulée parmi la centaine d'individus les plus riches du monde et cette accumulation se poursuit. Et cette accumulation de capital ne saisira pas simplement, il faudra l’arrêter. Karl Marx était l'un des penseurs critiques les plus célèbres du capitalisme, ainsi que l'un des fondateurs du socialisme moderne . Au fil des ans, Marx a décrit les problèmes du capitalisme. Vous trouverez ci-dessous quelques exemples:

Les travailleurs sont peu payés, alors que les capitalistes s'enrichissent exponentiellement. Le problème le plus évident que Marx avait avec le capitalisme est que les ouvriers, qui effectuent tout le travail, sont très mal payés, alors que les capitalistes s’enrichissent sans fournir de travail.

La méthode que les capitalistes utilisent et utilisent depuis l'aube du capitalisme est la méthode de l'accumulation primitive ("Urspüngliche Akkumulation"). Les ouvriers produisent quelque chose à un prix, et les capitalistes le vendent à un prix beaucoup plus élevé, tout en réduisant simultanément le plus possible les salaires des ouvriers, afin de maximiser les profits. Le profit que les capitalistes réalisent en utilisant la méthode de l'accumulation primitive s'appelle la plus-value. Selon Marx, ce "profit" est simplement un vol, volé par les capitalistes aux ouvriers. Les capitalistes sont des brigands. Marx croyait fermement que les travailleurs ont droit à la valeur qu'ils produisent et que ceux qui travaillent avec des moyens de production devraient être les seuls propriétaires de ces moyens de production. En d'autres termes, Marx pensait que ceux qui travaillent sur un lieu de travail devraient être collectivement propriétaires et décider démocratiquement de la manière dont ce lieu de travail devrait être géré. Les seules personnes autorisées à être propriétaires de quelque chose qui peut générer du capital sont celles qui génèrent effectivement ce capital.

Le capitalisme est aliénant ("Entfremdung"). Marx a compris que le travail peut être la source de notre plus grande joie, mais que le capitalisme l'a transformé en quelque chose que nous détestons tous. Tout le monde déteste les lundis. Le lundi est le jour où nous perdons la liberté du week-end pour commencer à travailler. Mais pourquoi les gens détestent les lundis? Pourquoi les gens n'aiment-ils pas leur travail? Essentiellement, le travail moderne nous oblige à faire une chose toute la journée, mais nous éloigne de ce que nous pensons pouvoir contribuer idéalement à la société. Quelqu'un qui voudra peut-être écrire des symphonies devra peut-être travailler dans une usine, car il lui faut gagner de l'argent pour pouvoir s'acheter de la nourriture et se loger. D'autre part, certaines personnes qui travaillent avec ce qu'elles estiment être une contribution à la société (les enseignants, par exemple) sont très mal payées pour le faire. Un autre problème qui contribue à l'aliénation est que le travail moderne est devenu extrêmement spécialisé. Les capitalistes et les propriétaires d’usines ne veulent pas que les maîtres artisans produisent les chaises dans leur usine de meubles; ils veulent pouvoir engager presque tout le monde pour produire un pied d’une chaise et trois autres personnes pour produire les trois autres pieds, car c’est alors facile de licencier et de remplacer quelqu'un s'il y a un profit à réaliser ou si la production peut augmenter avec les progrès technologiques. Dix personnes pourraient être remplacées par un ordinateur et un ingénieur pour la maintenance de l'ordinateur, ce qui laisserait 9 personnes au chômage, le tout dans un but lucratif.

Le capitalisme est très instable.Dès le début, le capitalisme est plein de crises économiques. Les capitalistes peuvent se déguiser en "crises monstrueuses", "rares" et "bientôt les dernières", mais cela est loin de la vérité, a expliqué Marx, car le capitalisme est instable de par sa nature même. Le capitalisme souffre d'une crise d'abondance plutôt que, comme par le passé, d'une crise de pénurie.

La production moderne est tout simplement trop abondante et efficace. Nous produisons trop: beaucoup plus que nous ne pourrions en consommer. Le travail moderne est tellement productif que nous pourrions donner à chaque personne sur Terre une maison, une voiture, suffisamment de nourriture et d'eau, ainsi qu'un accès gratuit à une bonne école et à un hôpital.

Mais, selon les calculs du Programme alimentaire mondial, plus de 795 millions de personnes dans le monde ne disposent pas de suffisamment de nourriture pour mener une vie saine et active.

Et selon la Campagne mondiale pour l'éducation, plus de 70 millions de personnes n'ont pas accès à l'éducation. Si nous ne produisions que des choses dont nous avions besoin, plutôt que, par exemple, 24 marques de savon différentes, très peu d’entre nous seraient obligés de travailler et nous pourrions nous assurer que les gens ordinaires ont ce qu’ils ont besoin pour survivre. Une fois que les gens ont suffisamment de nourriture et un endroit où vivre, nous pouvons commencer à nous soucier de produire des choses moins essentielles.

QU'EST CE QUE LE SOCIALISME?

Quand la grande majorité des gens, dans le monde occidental (L'Europe et L'Amérique du Nord) entendent le mot «socialisme», ils pensent aux états providence à l'Européenne ou à la Scandinave, qui ont des taxes élevées et des formes de sécurité sociale. Cependant, ces pays ne sont pas socialistes. Ce sont réellement des social-démocraties, qui est une forme révisionniste du socialisme et qui n'est pas en faveur d'une transition vers un mode de production socialiste. Ces pays sont toujours capitalistes! Ils veulent changer le status quo de l’intérieur mais ils demeurent capitalistes.

Ce qu'est réellement le socialisme, c’est une théorie politique et économique d'organisation sociale qui est en faveur de la propriété commune par la société toute entière des moyens de production, de distribution et d'échange.

Les socialistes pensent que les travailleurs ont le droit de «récolter ce qu'ils ont semé». Cela veut dire qu'il doivent recevoir la valeur de ce qu'ils ont produit, et que les capitalistes n'ont aucun droit de voler la plus-value des travailleurs.

Le socialisme est une idéologie anti-capitaliste et les socialistes pensent que le capitalisme est dépassé et qu'il faut le remplacer afin d'atteindre la liberté des travailleurs par rapport à l'oppression et à l'exploitation.

Le socialisme englobe plusieurs idéologies qui different mais qui sont toutes en faveur de ce mode de production. Cela inclut mais n'est pas limité à:

  • L'Anarchisme

  • Le Communisme

  • Le Socialisme Démocratique

  • Le Socialisme Libertaire

  • Le Syndicalisme

La plupart des formes de socialisme sont basées ou au moins inspirées par les travaux de Karl Marx.

QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE LA SOCIAL-DÉMOCRATIE ET LE SOCIALISME DÉMOCRATIQUE?

Le socialisme démocratique préconise le passage (de manière révolutionnaire ou réformiste) du mode de production capitaliste au mode de production socialiste accompagné d'un système démocratique, alors que la social-démocratie préconise une "amélioration" du capitalisme obtenu grâce à des réformes qui permettent aux gouvernements, aux citoyens ou aux États d’être propriétaires de secteurs non rentables de la société, ainsi que de politiques publiques de sécurité sociale et de bien-être social payées avec des impôts élevés.

QUEL EST LE PROBLÈME AVEC CES REFORMES?

Il n'y a fondamentalement rien de mal à ces choses. En fait, les socialistes veulent plus de sécurité sociale et de sécurité sociale pour les gens. Les socialistes veulent assurer que chacun a un lieu de vie, suffisamment d'eau et de nourriture pour mener une vie saine, ainsi qu'un accès gratuit à de bonnes écoles et de bons hôpitaux, entre autres (congés, lois sur la sécurité au travail, congés de maladie, vacances rémunérées, etc...). Le problème que la plupart des socialistes ont avec la social-démocratie (qui est connue pour fournir ces droits à ses citoyens) est qu’elle ne fournit en premier lieu que certaines de ces choses (elles ne fournissent pas, par exemple, un logement gratuit), et que ces choses sont principalement payées par les taxes. Les impôts élevés sur le revenu vont directement à l’idée socialiste de laisser les travailleurs «récolter ce qu’ils ont semé». En prenant le salaire durement gagné du prolétariat (travailleurs à revenu faible et moyen), l’État social-démocrate ne devient pas meilleur que la classe bourgeoise, qui utilise la méthode d’accumulation primitive pour tirer un profit de ses travailleurs. Et nous ne pouvons pas oublier que la bourgeoisie est gourmande.

Les droits qu'un «État social» confère à la classe ouvrière peuvent être positifs, mais ils ne seront guère permanents. La bourgeoisie veut que les revenus des travailleurs lui tombent dans la poche et non au maintien de politiques de sécurité sociale qui, selon eux, "entravent la libre circulation du marché". Pour cette raison, il est courant de voir les pratiques social-démocrates remplacées par des gouvernements néolibéraux et les droits que les travailleurs ont obtenus se détériorant afin de favoriser une soi-disant "liberté de marché "ou" libre concurrence ". C'est ce qui s'est passé, par exemple, dans des pays d'Amérique latine, tels que l'Argentine et le Brésil. C'est pourquoi les socialistes estiment que seul un système socialiste peut garantir la sécurité sociale et le bien-être des travailleurs de manière véritablement permanente. par exemple, dans des pays d'Amérique latine tels que l'Argentine et le Brésil. Les socialistes estiment donc que seul un système socialiste peut garantir la sécurité sociale et le bien-être des travailleurs de manière véritablement permanente.

QU'EST-CE QUE LE MARXISME?

Le marxisme est une vision du monde et une méthode d'analyse sociale, ainsi qu'un ensemble de théories politiques et économiques développées par Karl Marx et Friedrich Engels. Le marxisme se concentre sur les relations entre les classes et les conflits sociaux et utilise une interprétation matérialiste du développement historique et une vision dialectique de la transformation sociale. La méthodologie marxiste utilise la recherche économique et sociopolitique et l'applique à la critique et à l'analyse du développement du capitalisme et du rôle de la lutte de classe dans le changement économique du système.

Bien que le socialisme et le communisme aient existé avant Marx, c'est lui et Engels qui ont transformé le rêve utopique d'une société parfaite en une science pratique. Karl Marx et Friedrich Engels sont responsables de la vulgarisation du socialisme et du communisme à travers le monde, et on peut affirmer que le socialisme continuerait à être une idéologie utopique peu pratique, presque impossible à mettre en œuvre sans l'analyse marxiste.

QU'EST-CE QUE LE COMMUNISME?

Le communisme est une idéologie sociale, politique et économique et un mouvement dont le but ultime est l'instauration d'une société communiste. La société communiste est la dernière étape du socialisme. Elle est définie comme un ordre structuré sur la propriété commune des moyens de production et l’absence de classes sociales, d’argent et d'État. Le terme "société communiste" ne doit pas être confondu avec le concept occidental d'"État communiste", qui désigne un État dirigé par un parti professant une variante du marxisme-léninisme.

QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE SOCIALISME ET COMMUNISME?

Dans la théorie marxiste, le socialisme est le système de transition qui existe entre le renversement du capitalisme et la réalisation du communisme. Le communisme est une étape majeure du socialisme et le socialisme est une étape mineure du communisme.

Les pays "communistes" tels que la Chine, Cuba, le Laos, le Népal et le Vietnam n'ont jamais prétendu avoir atteint le communisme, mais ils sont communistes en ce sens qu'ils ont pour objectif l'établissement de la société communiste.

ALORS, LES COMMUNISTES SONT DES SOCIALISTES?

Oui, tous les communistes sont, par définition, également socialistes, mais tous les socialistes ne sont pas communistes. De nombreux socialistes s'accordent pour dire que, théoriquement, le communisme doit être le prochain mode de production après le socialisme, mais différents courants du socialisme ont leurs propres idées sur la manière dont cette société devrait être réalisée et sur ce qu'elle serait (et si cela pourrait réellement être réalisé). En outre, de nombreuses organisations et partis socialistes ne veulent plus être associés au mot "communisme", l'Union soviétique et le bloc socialiste ayant essentiellement changé le sens du mot "société mondiale sans État, sans argent ni propriété privée". moyens de production "à" un État dirigé par un parti marxiste-léniniste".

LES SOCIALISTES VEULENT UNE DÉMOCRATIE OU UNE DICTATURE?

Une démocratie. À aucun moment du socialisme, une dictature n'est nécessaire. Les socialistes, cependant, défendent la prétendue "dictature du prolétariat", qui ne doit pas être confondue avec le concept de dictature que nous connaissons actuellement. Dans la théorie marxiste, toutes les sociétés divisées par des classes économiques seraient sous la dictature de l'une de ces classes. Dans la société capitaliste, la classe bourgeoise détient le pouvoir politique sur le prolétariat. On peut donc parler de "dictature de la bourgeoisie" ou de "dictature du capital". D'autre part, la société socialiste est gouvernée par la classe ouvrière, on l'appelle donc "dictature du prolétariat". Cependant, la dictature du prolétariat n'existe que dans la société socialiste. Une fois le communisme atteint, les classes sociales auront été abolies et cette « dictature » disparaîtra pour de bon.

Cela dit, de nombreux socialistes pensent qu'il est impossible de réaliser le socialisme par le biais d'une démocratie bourgeoise (libérale, parlementaire), car ce système a été développé par les riches précisément pour conserver les riches au pouvoir. Mais ce n'est pas vrai que les socialistes ne veulent pas de démocratie. En fait, les socialistes veulent plus de démocratie qu’elle n’existe aujourd’hui. Les socialistes veulent une véritable démocratie où le vote et l'opinion de chaque individu comptent vraiment. Les socialistes ne veulent pas seulement plus de démocratie directe (c'est-à-dire une démocratie dans laquelle les gens contrôlent directement le fonctionnement de leur pays, plutôt que de voter pour des "représentants" qui font un monde de promesses mais qui ne se voient pas l’obligation de les remplir), mais veulent aussi un contrôle démocratique des moyens de production.

L'ALLEMAGNE NAZIE ÉTAIT-ELLE SOCIALISTE?

Bien que le parti nazi ait été appelé "national socialiste", il n'était pas socialiste. Les nazis ont défendu une idéologie corporatiste de collaboration de classe qu'ils ont qualifiée de "socialiste" dans le but de gagner le soutien de la classe ouvrière (le socialisme était une idée extrêmement populaire en Allemagne à l'époque). En pratique, l'Allemagne nazie a privatisé la plus grande partie de l'économie, a rendu illégales les syndicats indépendants et a placé les communistes, socialistes et sociaux-démocrates dans des camps de concentration avec d'autres citoyens considérés comme "indésirables", tels que les Juifs, les Noirs et les personnes handicapées, etc...

DANS LE COMMUNISME, LES GENS Entrent DANS MA MAISON ET VOLENT Mes biens?

Si vous craignez que les communistes envahissent votre maison, mangent votre nourriture et prennent votre Xbox car la propriété privée a été supprimée, vous pouvez dormir paisiblement, car "propriété privée" n'est pas la même chose que "propriété personnelle". La propriété privée fait référence aux moyens de production (usines, machines, etc.), tandis que la propriété personnelle fait référence aux choses que vous possédez. Votre maison, votre voiture, votre nourriture et votre Xbox sont des biens personnels et n'appartiennent qu'à vous.

LES AGENTS D'ENTRETIEN ET LES MÉDECINS RECEVRAIENT LE MÊME SALAIRE DANS UN SYSTÈME COMMUNISTE?

Non, les communistes veulent que tous les travailleurs reçoivent les lauriers qu'ils méritent. Un médecin contribue plus à la société qu'un agent d’entretien et il recevra donc plus que ce dernier. Cependant, ils ont tous deux besoin de nourriture, d'eau, d'un logement de soins, d'éducation, de moyens de transport, etc... Le médecin recevrait peut-être des objets de meilleure qualité, plus de congés et d'autres bénéfices non monétaires.

Il est aussi important de souligner le fait que ces positions peu gratifiantes comme agent d'entretien n’existeraient peut être plus sous un régime communiste. Le devoir de nettoyer et s'occuper de son lieu de vie ou de travail serait organisé et partagé par la communauté.

De plus, les communistes auraient pour objectif d'abolir l'argent sous sa forme actuelle.

Dans cette scène de «Star Trek: First Contact», le Capitaine Picard explique à une femme originaire du 21è siècle que l'économie du futur est différente et que l'argent n’existe plus. Il décrit comment l'acquisition de richesse n'est plus la force motrice dans la vie des hommes, mais qu'ils travaillent pour s’améliorer et pour aider le reste de l'humanité.

Cependant, l'abolition de l'argent ne coïnciderait pas avec l'abolition du capitalisme. L'argent serait toujours utilisé dans une société socialiste, pendant des dizaines voire des centaines d'années. Les travailleurs ne seront plus exploités par leur patron et pourraient ainsi utiliser cet argent pour acheter des produits de consommation courante: (nourriture, télévisions, cigares, jeux vidéos, voitures, etc.)

Si le socialisme venait à devenir le mode de production dominant sur la face de notre planète, alors l'automatisation et le travail collectif finira par supprimer le besoin d'argent. A ce stade, la société socialiste commencera sa transition en une société communiste.

J'ai deux excellentes vidéos sur ce sujet à vous recommander:

Ils vont au fond des choses sur la catastrophe que représente l'automatisation pour notre société capitaliste actuelle. Cependant, dans une société socialiste/communiste, l'automatisation est très bénéfique. Cela permettra à plus de gens de passer du temps à faire ce qu'ils aiment au lieu de travailler dans une usine.

Mais, tous les essais du COMMUNISME ont échoué, non? ET STALINE? ET LES GOULAGS?

Non, bien sur que non, un grand nombre d'entre eux ont réussi (un très bon exemple est notre propre commune de paris en 1871). Dans la plupart des endroits ou des révolutions socialistes ont eu lieu, les conditions de vie se sont grandement améliorées.

Si ces révolutions n'avaient pas eu lieu, ces pays seraient à peu près identiques aux pays capitalistes Africains, Sud Américains et Asiatiques.

Lorsqu'on pose la question: « Staline était il responsable de la mort de millions de personnes ? », Les socialistes ne sont pas tous d'accord sur la réponse appropriée. Les trois réponses sont généralement données:

  1. Staline était un dictateur brutal qui a trahi Lénine et le Socialisme,

  2. Staline a fait ce qu'il a pu pour limiter les dégâts de la seconde guerre mondiale,

  3. Staline n'était pas un dictateur et a effectué de bonnes contributions au Socialisme et au monde en général.

Plutôt que donner mon avis et essayer d'argumenter pour une des réponses, je vais vous recommander quelque livres qui sont en faveur de plusieurs points de vue sur le sujet. Les liens sont disponibles en bas de la page.

LA SOCIAL-DÉMOCRATIE, OU "SOCIALISME DE STYLE NORDIQUE", EST-ELLE UNE ALTERNATIVE VIABLE AU CAPITALISME?

La social-démocratie est un système qui, par définition, prône la justice sociale dans le cadre d'une économie capitaliste. Il ne constitue pas une alternative au capitalisme lui-même, mais une version différente, plus conviviale de celui-ci. Pour beaucoup, le système social-démocrate apparaît comme un bon compromis entre le capitalisme et le socialisme. Mais la social-démocratie est un système construit non seulement sur l'exploitation des travailleurs dans le pays où elle est établie, mais également sur l'exploitation impérialiste des pays du «tiers monde» du sud de la planète. La social-démocratie n'est pas viable sans le luxe d'un travail offshore bon marché. Si les conditions des travailleurs dans les pays du tiers monde s’améliorent (par exemple, le travail des enfants est interdit et la journée de travail de 12 heures remplacée par une journée de travail de 8 ou 6 heures),

D'autres critiques de la social-démocratie incluent le fait que les systèmes démocratiques des pays de démocratie sociale servent encore la bourgeoisie. Les riches et les entreprises travaillent sans relâche pour annuler les victoires remportées par les travailleurs par des moyens démocratiques (soins de santé universels, éducation gratuite, allocations de chômage, augmentation du salaire minimum, etc.), aboutissant à la création effective de la moitié du parlement dans un pays social-démocrate donné. étant bourgeois et l'autre social-démocrate, les deux camps mènent une bataille politique sans suite qui ne se termine jamais et n'a pas de vainqueur. Les courts mandats de quatre ans ne font qu'ajouter au problème: un parti à majorité parlementaire dans un pays social-démocrate essaie désespérément de faire le plus de changements possible à court terme et ne fait rien s'il ne dispose pas de la majorité, il en résulte qu'aucun parti ne prend jamais d'engagement à long terme et n'abandonne pratiquement l'idéologie. Cela fait de la politique un jeu sportif dans lequel les gens votent pour leur équipe favorite, non pour une raison idéologique mais parce qu'ils croient que leur équipe est la meilleure, ou qu'elle porte le plus beau logo, ou le meilleur slogan, ou le plus beau chef de parti, ou tout simplement. parce que leurs parents votent pour ce parti. (Source)

LE SOCIALISME / COMMUNISME NE PEUT PAS FONCTIONNER À CAUSE DE LA NATURE HUMAINE.

Un coup d’œil sur l’histoire et l’anthropologie détruira l’idée que la «nature humaine» est une chose immuable, statique. La nature et le comportement de l'homme sont en partie plastiques (reflets des conditions historiques et culturelles par rapport au mode de production spécifique), ce qui est mis en évidence par les vastes disparités de comportement humain et d'organisation sociale à travers diverses périodes historiques et localisations géographiques. La société civile, le comportement humain et l'idéologie ont évolué au fil du temps, de la même manière que les espèces changent génétiquement avec le temps.

«Regarder les gens dans la société capitaliste et conclure que la nature humaine est un égoïsme, c'est comme regarder des gens dans une usine où la pollution détruit leurs poumons et dire que tousser est de la nature humaine.»

- Andrew Collier, Marx - Guide du débutant

Les arguments de la nature humaine se résument au fait que l'idéologie dirigeante de la société est façonnée par les relations économiques fondamentales. En d'autres termes, nous pensons qu'il est "naturel" de travailler pour des incitations monétaires, car c'est à peu près le seul choix que nous ayons actuellement. Il semble "naturel" qu'il devrait exister une hiérarchie car nous les avons à nos emplois, dans notre démocratie, à la maison grâce aux relations de famille patriarcales, etc. L'humain semble "avide de nature" car, sans argent, nous mourons de faim ou ne pouvons pas Nous cherchons donc à accumuler de l’argent dans le contexte économique actuel. Le capitalisme oblige littéralement les capitalistes à adopter un comportement qui peut être perçu comme étant glouton, parce que s'ils ne le font pas, leur concurrent le fera et ensuite ils seront engloutis ou mis en faillite. Il'

Mais Engels et Marx et d’autres ont réfuté ces faits relatifs à la nature humaine en regardant l’histoire. Parmi les nombreuses nations autochtones des Amériques, il n'y avait pas d'argent. Comment alors a-t-on pu faire quelque chose si l'argent est la seule incitation au travail? Il existe également une tonne de preuves que les humains, pendant des millions d'années, ont fonctionné plus ou moins en communauté, avec peu ou pas de hiérarchie. Si c'était «la nature humaine» innée, comment pourrait-il en être ainsi? Comment des humains avides pourraient-ils coopérer et survivre pendant ces millions d'années de pénurie s'ils étaient tous aussi avides et purement intéressés par la nature?

Attribuer le comportement humain contemporain à la «nature humaine» sans se pencher sur l’histoire et sans prendre en compte les effets de l’environnement et des relations sociales qui forgent nécessairement le comportement humain est simpliste et non scientifique, et c’est généralement une excuse faite par ceux qui sont politiquement faibles. qui bénéficient du système économique actuel.

Je ferais remarquer qu'il y a un effort de propagande massif pour contrôler ce récit et le forcer dans nos esprits. Mais le véritable cœur de la question, ce que Marx vous dirait, c’est que c’est parce que le système (le capitalisme) vous impose ces conditions. Pour réussir dans le capitalisme, il est souvent rentable de se comporter avec avidité et de nombreuses situations se présentent où ne pas se comporter avec avidité revient à prendre du retard et à risquer de perdre. Et perdre dans le capitalisme, c'est devenir esclave de la dette, sinon être sans abri, brisé, affamé et, en un mot, opprimé. Et voici où les idées de Marx deviennent vraiment puissantes. Si vous voulez changer ce comportement - agir avec avidité -, vous n'avez qu'à changer le système dans lequel se trouve la personne. Si vous avez un système (socialisme), vous aurez toujours un foyer, toujours de la nourriture, toujours des soins médicaux , toujours avoir de l'eau - il n'est donc pas nécessaire de se comporter avec avidité pour survivre et mener une vie digne et accomplie. Marx soutiendrait que la cupidité passera de la condition humaine. La pauvreté et la guerre aussi. Telle était la dangereuse idée de Karl Marx - vous ne changeriez pas le monde, mais l’ensemble de l’humanité.

PERSONNE NE VOUDRAIT TRAVAILLER SOUS LE COMMUNISME.

L’incitation au travail est la même qu’elle est toujours: celle que permet le mode de production. L'égoïsme n'est pas la principale motivation du travail à plusieurs époques. Il est stupide de penser que sans le capitalisme et les capitalistes, nous resterions tous assis sur nos mains et mourrions de faim. La grande majorité de l’histoire de l’humanité était sans ces éléments, sous une forme de communisme primitif.

Pensez-y comme ceci: vous et deux amis vivez dans une ferme. Vous avez tous besoin d'une grange, alors vous vous réunissez et construisez une grange. Quelqu'un coupe le bois, quelqu'un fait les plans, quelqu'un traîne le bois là où la grange est censée être construite, et ensuite vous construisez la grange ensemble. Parce que vous avez tous les trois besoin de la grange et que vous allez tous les trois l’utiliser, il n’est pas nécessaire d’échanger de l’argent au cours de ce processus. Les moyens de production de la grange sont la propriété de tous les trois.

Félicitations: vous venez de participer au communisme. Ce n'était pas si effrayant, n'est-ce pas?

Le Socialisme/Communisme n'est qu'une utopie irréalisable

C'est totalement faux. Le socialisme est basé sur le matérialisme dialectique et historique, plutôt que sur les écrits Hégéliens. Cela veut dire que le socialisme est fondé sur une compréhension de la société prouvée et les conflits qui sont générés par les intérêts des différentes classes sociales montrent un conflit physique et non idéologique. Le marxisme est l'équivalent social de la méthode scientifique. Il se base sur des analyses qui évoluent en fonction des changements de la société.

Plus de lecture sur le sujet: Socialisme Utopique et Socialisme Scientifique par Friedrich Engels.


Le Socialisme et le Communisme sont des bonnes théories elles ne fonctionnent jamais une fois mises en place

Oui, le socialisme/communisme fonctionne. Exactement comme le capitalisme fonctionne et le féodalisme fonctionne. La question n'est pas si le système fonctionne, la question est: « Quel système est le meilleur pour la population? » L'histoire nous a prouvé que le socialisme est le seul mode de production qui peut transformer une société féodale sous-développée en une puissance industrielle et moderne en quelque années. Cela veut également dire que non seulement le socialisme fonctionne, mais il fonctionne mieux que les alternatives.

Cette question me rappelle la blague « Le communisme est une bonne théorie mais une fois mise en place, il est généralement saboté par un coup d'état financé par la CIA » Cette blague a un fond de vérité. Chaque fois que le socialisme a été envisagé par un état, les États Unis d'Amérique sont intervenus, que ce soit directement en déclarant la guerre aux pays socialistes naissants:

  • Guerre de Corée 1950-53

  • Crise Libanaise 1958

  • Invasion de la Baie des Cochons à Cuba 1961

  • Rébellion Simba 1964

  • Guerre du Vietnam 1965-75

  • Insurrection Communiste en Thaïlande 1965-83

  • Force multinationale au Liban 1982-1884

  • Invasion de Grenade 1983

  • Deuxième Guerre d'Indochine 1953-75

  • Première Crise de Taïwan 1954-55

  • Guerre d'Algérie 1954-62

  • Seconde Crise de Taïwan 1958

  • Crise Centre-Américaine 1960-96

  • Crise Congolaise 1960-65

  • Guerre d'Indépendance d'Erythrée 1961-91

  • Rébellion Dhofar 1962-76

  • Insurrection Communiste Sarawak 1962-90

  • Insurrection Dans le nord-est de l'Inde 1963-Maintenant

  • Guerre Civile Dominicaine 1965

  • Guerre Civile au Tchad 1965-79

  • Campagne Bolivienne 1966-67

  • Seconde Guerre de Corée 1966-69

  • Guerre des Frontières Sud-Africaines 1966-90

  • Les Années de Plomb 1968-82 (Les États Unis ont soutenu des groupes nazis qui combattaient des Marxistes-Léninistes)

  • Insurrection Communiste en Malaisie 1968-89

  • Guerre Al-Wadiah 1969

  • Guerre civile dans les Philippines 1969-Maintenant

  • Guerre Yéménite 1972

  • Guerre Civile Angolaise 1974-2002

  • Guerre Civile Éthiopienne 1974-91

  • Guerre Civile Libanaise 1975-90

  • Guerre de l'ouest du Sahara 1975-91

  • Occupation Indonésienne de l'est du Timor 1975-91

  • Insurrection au Laos 1975-Maintenant

  • Guerre Civile en Turquie 1976-Maintenant

  • Guerre Ogaden 1977-78

  • Guerre Cambodio-Vietnamienne 1977-91 (Les États Unis ont soutenu le meurtrier de masse pretendu-socialiste Pol Pot)

  • Guerre Civile du Mozambique 1977-92

  • Rébellion NDF 1978-82

  • Conflit Chado–Libyen 1978-87

  • Deuxième Guerre Yéménite 1979

  • Guerre Afghano-Sovietique 1979-89 (Les États Unis ont soutenu les groupes islamistes qui sont ensuite devenu Al-Qaïda et Daesh)

  • Conflits Internes au Pérou 1980-Maintenant

  • Guerre Civile Afghane 1989-92

  • Conflit Chado–Libyen 1978-87

  • Deuxième Guerre Yéménite 1979

  • Guerre Afghano-Sovietique 1979-89 (Les États Unis ont soutenu les groupes islamistes qui sont ensuite devenu Al-Qaïda et Daesh)

  • Cits Internes au Pérou 1980-Maintenant

  • Guerre Civile Afghane 1989-92

QUE puis-je faire si je soutiens la mise en place dune société socialiste?

La partie importante est de lire de la théorie(voire la liste ci dessous), d'étudier (beaucoup) et de rejoindre un parti ou une association locale qui promeut les idées socialistes (exemples français: NPA, FI, etc.). Juste être membre d'un mouvement ou d'un parti ne sert pas à grand-chose. Participez à des manifestations locales, des événements et partagez vos connaissances sur le socialisme avec vos pairs. Vous pouvez également partager ce site web avec vos amis. Ensemble, nous pouvons construire un monde meilleur, plus libre, plus démocratique où personne ne manquera de nourriture, d'eau, de logement, de travail, d'éducation et de soins.

Pour finir, voici les paroles intemporelles de Karl Marx:
« Les communistes ne s’abaissent pas à dissimuler leurs opinions et leurs buts. Ils proclament hautement que ces buts ne pourront être atteints sans le renversement violent de tout ordre social actuel. Que les classes régnantes tremblent à l’idée d’une révolution communiste. Les prolétaires n’ont rien à y perdre, hors leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner.»

«Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !»

RESOURCES